27Sep
Que retenir de la meta-analyse publiée dans le Lancet qui oppose AI et Humain ?
Big Data

mais surtout est-ce la bonne question ?

https://www.thelancet.com/journals/landig/article/PIIS2589-7500(19)30123-2/fulltext?fbclid=IwAR1p9L0t2R0KQCKoQf1UpGnJXz5k8ZHKoyLpAjnhbm_klW8WuMshG3VY-og#%20

Le  1er Octobre 2019, The Lancet Digital Health propose cet article sur (réellement 69 avec suffisamment de data sur 82 études de 147 cohortes) plus de 31 500 études des 7 dernières années veut évaluer la précision des algorithmes de deep-learning et la pertinence diagnostic des professionnels de santé (probablement donc des spécialistes experts, ce qui peut être déjà un biais dans la vie réelle à l’échelle de l’accès aux soins sur la planète).

AI versus Human ? Est-ce la bonne question ?

En fait la méthodologie montre que la comparaison complète a été réalisée sur 14 études : un entonnoir géant qui a filtré les 31 587 études…

Sans remettre en cause cet excellent et massif travail, très bien documenté, avec des sommités et des gros outils statistiques performants, il est a retenir que l’approche part encore de méthodes anciennes de comparaisons, nécessaires à la publication dans les revues internationales et au peer-review, sans pour autant se confronter à la vie réelle.

Par ailleurs le deep-learning n’est qu’une partie de l’IA, cela ne fait pas tout d’où l’intérêt aussi de parler la même langue…

Je ne permettrais pas de juger donc la position « contre » l’intelligence artificielle versus l’humain dans ce sujet de diagnostic d’imagerie médicale (les analyses sont bonnes) car je pense qu’il ne faut pas les opposer, mais les associer de façon synergique : encore faut –il que l’AI soit bien faite…

C’est là tout l’intérêt de l’article : revenons aux discussions cependant pertinentes et sur les conclusions très intéressantes qui montrent les lacunes de l’ensemble des projets décrits et analysés…

  1. beaucoup de mauvaises définitions des données (structurées ou non)
  2. biais importants (sur de la sélection de données retrospectives, fausses hypothèses, méthodes statistiques…)
  3. corrélations fausses, mauvais testing, validations arbitraires, mauvaise terminologie
  4. pas de discussion entre les analystes/développeurs et les cliniciens
  5. sans parler des mauvaises méthodes et hyperparamétrages de machine-learning, des architectures technologiques utilisées, du partage des données qui ne sont pas dans les gold standards It ou des études cliniques

bref, évoquer de l’IA dans un projet, n’est pas tout….

Ce papier a le mérite de décrire tout ce qu’il ne faut pas faire… et –merci / ouf ! – fait partie intégrante (d’une partie seulement…) de mes recommandations dans l’ouvrage publié cette semaine et disponible en souscription…

La prochaine fois avant d’investir dans un projet, prenez les bons experts !!

https://www.remedium.co/indexai

Read More
09Sep
Web-émission Fondation des Maladies Rares : AI et parcours diagnostique
Big Data

Suivez en direct mon intervention à la table ronde sur « les potentialités et les défis à relever pour concrétiser les projets d’Intelligence Artificielle et leur intégration dans le parcours diagnostique des maladies rares, la 1ère Web-émission de la Fondation des maladies rares en direct du studio TF1, avec le soutien de la #fondationgroupama, Mercredi 11 septembre 14h-14h30

la « social Room » de TF1 – merci à David Fuhrer

le replay https://www.youtube.com/watch?v=6vIK9-hYA3A&feature=youtu.be

https://evenements-fondation-maladiesrares.org/event/live-web-emission-ia-et-maladies-rares/

Je serai aux côté de: Agnès Bloch-Zupan @unistra et Hervé Servy @SanoiaFR

Programme Animé par Anne-Sophie Yribarren @fdmaladiesrares 

à suivre sur la chaine Youtube de la Fondation

https://www.youtube.com/channel/UCeHaTRJRqyKEd8x1YgSqmzw/featured?disable_polymer=1

https://www.linkedin.com/posts/drvincentvarlet_live-web-emission-ia-et-maladies-rares-activity-6576910767369535489-LzBS

https://www.youtube.com/channel/UCeHaTRJRqyKEd8x1YgSqmzw/featured?disable_polymer=1
Read More
26Août
Mentor EIT Health
Non classé

EIT health´s Mentoring & Coaching Network vient de m’inclure dans le programme de mentoring destiné aux start-up.

Vincent Varlet Mentor EIT Health

une inititave interessante qui permet aux start-ups d’utiliser des « vouchers » afin de bénéficier d’expertises extérieurs sur des temps bien définis

https://www.eithealth.eu/en_US/-/eit-health-living-labs-2019-second-call-for-firms-seeking-support?utm_source=linkedin&utm_medium=post&utm_campaign=livinglabs_graphic&utm_content=19082019

Read More
20Août
Intelligence Artificielle et santé : Recommandations
Big Data

Recommendations for Artificial Intelligence projects in Healthcare

https://www.remedium.co/indexai

Target Audience:

Patients groups; Academics; HealthCare Professionals; hospitals; R&D, HC Industry (Pharma, Medical Device, BioTech, CROs, …), HC Insurers (private/public), Assisters, Authorities (Health Agencies, evaluators, governments…), Start-up, IT/digital operators

KEYWORDS:

#Artificial Intelligence #Big Data #Machine Learning #Deep Learning #Block Chain  #e-Health #Bioinformatics #Biostatistics #XAI #Algorithms #Neural Network #Analytics #Privacy by design #Anonymization #re-identification #Medico-economy #10Vs’ data #Open Data #Open Auto-ML #IoT #Wearable #Medical Device #Drug Delivery #Monitoring #Compliance #Bias #Hacking #User Experience #Education #Acceptance #Intellectual Property #Agile Methodology #IT Architecture #FDA #HMA #EMA #GDPR #EU

SUMMARY

1. Introduction

2. Healthcare context

            2.1 Patient objectives 1st for an acceptance of AI

2.2 At the origin of the AI: the medical needs for the patient benefit

3. Definition

            3.1 Artificial intelligence, Machine learning, Deep learning, Blockchain, Big data

            3.2 The 10Vs’ of data and Open data

4. The data road map & checklist

            4.1 Data management in 16 steps

            4.2 Roles and Responsibilities of 6 expertise

            4.3 Collecting and protecting End Value in 5 categories

4.4 IT and tools

4.4.1 Machine learning with 6 methods,

4.4.2 ML process,

4.4.3 Statistics and Bias limitation,

4.4.4 IT infrastructure: the 7 trends

4.4.5 Auto-Machine-learning: 8 auto-ML tools

4.5 Explainable Artificial Intelligence (XAI) concept

5. Recommendations

5.1 The 7 Recommendations for data Standardization, interoperability & analysis

5.2 The 5 Recommendations for data quality, validation, regulatory acceptability

5.3 The 8 Recommendations for Privacy Impact Assessment and confidence in a patient benefit balance

5.4 Algorithm and Regulation (use cases)

 6. Conclusion

ABSTRACT:

Artificial Intelligence (AI) is a science of making tools do things that would require human intelligence and only do what it is designed to do. It’s a promising transformation for the world and a little bit scary, only due to the fact Human decide the objective, helping people, creating new ways to service, prevent, cure…. or not!

Healthcare couldn’t escape regarding this new Eldorado promise trillion productivity or business value (Aug.2019 Gartner report), but last summer we are witnessing an outcry against major health intelligence initiatives because of the unreliability of their results. European Commission should set a world-standard to protect individuals about “sensitive data, human and ethics implications of AI “ said Ursula von der Leyen, incoming President of the Commission.

The objective of this white paper is to clarify capabilities after definition and starting recommendations for the future usage of healthcare data, compiled in the word “Artificial Intelligence”.

The conclusion of this work is to describe the best road-map, team and methodology for real deliverables and added value

ABOUT THE AUTHOR: A PIONEER IN DIGITAL MEDICINE

Vincent VARLET earned his medical degree in Paris. He received also his MBA degree from P&M Curie Paris University in 1992 and a Global Certification at INSEAD in 2015.

Dr. Varlet  is the president of the Digital Healthcare think-tank  «LeLab eSanté» who regroup patient groups, HealthCare professional, pharma  industries, Institutional, start-ups,  IOT,  developers and influencers.

He spent more than 20 years in Big pharma companies, first on Marketing & Sales, then, at the end of the 90’s,  he developed new skills, using a Digital business oriented in communication. He managed diversified teams as executive, seeking resources and structures optimization, business transformation, integrating innovation in concrete valuable operations.

Mentor & Coach for EIT-Health (body of EU), Dr. Varlet is now focused on business agility and flexibility, managing start-up with the experience of processes and business orientation, helping as well Big Healthcare Companies to revamp their digital mutation.

More information on www.varlet.paris

ORDER NOW YOUR PRIVATE ELECTRONIC COPY WITH A SUBSCRIPTION OF THE LAST REPORT*

* Subscribe now and get your private electronic copy for your organization (available in Sept.19) – see copyright notice –

Private Company:  1 900€

Foundation, Public Institution, University :  950€

Patient Groups/NGO/Association: 475€

AIMed@patient
Order your private copy for your organization

(+VAT 23% for Ireland customers, 0% in the rest of EU)

remedium.technology@remedium.co

or use the contact form to ask how to proceed and to send us a Purchase order.

https://www.linkedin.com/pulse/how-set-up-best-artificial-intelligence-project-dr-vincent-varlet-/

Read More
10Déc
La dernière imbécilité à la mode
juridique

La dernière imbécilité à la mode.

Après avoir terrorisé les DirCom dans les labos qui ne sont plus des « portes-parole » (par crainte de l’interprétation, critiques internes, du « Global », pour des raisons réglementaires ou juridiques), la pensée unique et la police politico-médiatique s’attaquent maintenant aux experts scientifiques qui émettent des avis –éclairés- sur des sujets qu’ils maîtrisent pourtant en raison de « liens d’intérêt ».

Nous remercierons encore une fois la belle comm du Ministre XB qui en décembre 2011, dans son amour pour l’industrie pharmaceutique, confirmé d’ailleurs par d’autres décrets récemment, a permis de faire confondre « conflit d’intérêt » et « liens ».

 

Terrorisme médiatique

Par ces techniques, vous empêchez ainsi toute explication rationnelle, voir un rééquilibrage d’information auprès du grand public qui malheureusement s’intéressent plus aux trains en retard qu’à ceux à l’heure, aux « prétendus scandales » qui font la une des manchettes ou des émissions d’enquêtes qui peinent à attirer de l’audience sans headline mensongère.

Cela permet de faire vendre de la pub, des livres aux vieux ex-professeurs ou ex-députés, du papier, de la colonne web et malheureusement au détriment du patient et de la santé « evidence-based medicine ».

 

Le Des-Ordre

La dernière imbécillité vient cette fois de la chambre disciplinaire de l’Ordre des Médecins d’Ile-de-France qui vient d’adresser un « avertissement » à un éminent pédiatre et infectiologue, spécialiste de la vaccination, le Pr R.C.à la demande d’une association « anti-vaccin » .

La cause ? Lors d’une intervention sur un média grand-public à propos de l’importance de la vaccination l’an dernier (post très bonne décision de la ministre A. Buzin des 11 vaccins obligatoires), il n’a pas mentionné oralement ses liens d’intérêt avec l’industrie pharmaceutique… mes bras (vaccinés) m’en tombent !

 

Lien de désintérêt

C’est d’abord bien méconnaitre le temps de parole accordé par les médias grand-publics sur un sujet et des montages qui ne laissent que quelques dizaines de secondes à une interview.

C’est aussi in-fine une non adaptation à la réalité du canal de diffusion (imaginez le disclaimer alors qu’il faudrait mentionner type « lire les conditions générales sur mon site internet ») sans parler évidemment du sujet qui est doublement pertinent : il sait de quoi il parle à propos du rôle préventif de la vaccination et par ailleurs une disposition réglementaire obligatoire.

A quoi joue donc l’Ordre ? Cheffaillon de comptoir pour la compliance de la Transparence ? Est-ce la le rôle prioritaire de l’Ordre ? N’y a t-il pas d’autres causes pour faire progresser la profession ? Est-ce parce que ces éminents membres de la chambre disciplinaire ont un compte à régler ?

savoir

Faut il dire la vérité aux imbéciles ?

 

Bretelles et Ceinture ?

A titre de comparaison, c’est comme un accidentologue était réprimé (à la demande d’une association de défense des libertés individuelles) parce qu’il indiquait que la ceinture de sécurité permet de sauver des vies sous prétexte qu’il effectue des tests en labo avec des voitures qu’il casse…

C’est un autre sujet que j’aurai envie d’évoquer la comparaison avec de nombreux autres thématiques de la vie quotidienne, mais lorsque vous ne bouclez pas la ceinture de vos enfants en voiture, vous avez une amende et vous perdez des points de permis de conduire, pas lorsque vous ne vaccinez pas vos enfants… cela laisse penseur.

 

Ainsi, le ton est donné, il suffit d’embêter un expert (et de le faire savoir : « oh le vilain qui travaille avec des labos ») qui normalement se bat pour ses patients afin de le réduire au silence, pendant que des associations ou des ayatollahs sans responsabilité continuent leur propagande délétère sur les réseaux sociaux. Cela ne va pas donner envie aux prochains de s’exprimer face caméra. A l’heure de la dénonciation des fake-news, j’attends de voir comment seront traitées ces désinformations.

 

 

Salauds de labos

Faites le test sur Facebook par exemple dans une conversation où une ineptie scientifique est diffusée sur le sujet des vaccins, si vous donnez un rationnel scientifique, 2 posts plus tard, quelque un vous insulte en disant que vous êtes à la solde des labos…

 

Ceci concerne évidemment outre les vaccins, mais également aussi les dispositifs médicaux, les médicaments.

C’est aussi une technique afin de discréditer les industries de santé et leur demander plus d’efforts, de réduction sur les prix, de limiter ainsi les dépenses de santé, car il est plus facile de taper sur les « fournisseurs » que de réaliser des économies ou de traiter les dysfonctionnements, encore moins d’investir sur la prévention (ce n’est pas la même ligne budgétaire).

 

Je suis bien sûr partie-prenante car après 23 ans de labo dont 10 ans DirCom et de plus médecin ayant pratiqué j’ai forcément des liens d’intérêt, oui en effet, le patient bien informé et bien soigné.

 

Je recommande donc le Vaccin « CrizoMax », une belle anticipation aux problème de mauvaise communication…

https://www.linkedin.com/pulse/la-dernière-imbécilité-à-mode-dr-vincent-varlet-vincent-varlet-tv-/?published=t

en savoir plus :

https://www.lequotidiendumedecin.fr/actualites/article/2018/12/07/un-pediatre-ecope-dun-avertissement-ordinal-pour-non-declaration-de-ses-liens-dinterets_863819

prise de parole et média-training

Gestion de crise et bad-buz e-réputation

Read More
09Mai
Santé connectée et Téléconsultation : du constat à la pratique
e-santé
UPDOCS

Du constat à la pratique

 

Comme vous le savez, le Digital Think-Tank « LeLabEsanté » est un groupe de réflexion constitué de plusieurs collèges: entreprises de santé, patients et accompagnants, professionnels de santé, éditeurs de contenus scientifiques, agences, conseils et prestataires de services et d’institutionnels qui vise à accompagner la transformation digitale de la santé en émettant des recommandations bienveillantes.

Notre prochaine conférence aura lieu le 20 Juin 2018 au Matin, en ouverture du « OFF » de FUTUR.E.S.

Conférence sur la santé connectée et la téléconsultation

Cette conférence s’organise autour de deux études : la 1ère sur l’appropriation de la santé connectée par les professionnels de santé, la 2e sur l’usage de la téléconsultation par les digital natives

https://openagenda.com/futures-in-paris-off-2018/events/sante-connectee-et-teleconsultation-du-constat-a-la-pratique

 

Exercice coordonné et santé connectée : le nouveau graal ?

Les médecins, infirmiers, sages-femmes, pharmaciens, masseurs-kinésithérapeutes… sont-ils prêts à s’approprier les objets connectés de santé ? Pour quels usages ? Dans quel cadre ? Quels sont les freins à surmonter et les handicaps à dépasser ? Sur la base des résultats de l’enquête UPDOCS (Usage et Partage des Données issues des Objets Connectés de Santé), cette conférence propose de revenir sur les usages et apports de la santé connectée et d’envisager les conditions et préalables nécessaires à son déploiement en vie réelle.

 

Téléconsulter : le nouveau réflexe santé ?

Être né avec un mobile dans les mains influence-t-il la façon dont les jeunes adultes – “digital natives” – conçoivent leur santé et leur relation à leur médecin ? Près de 6 000 jeunes ont répondu aux questions du Lab e-Santé, avec le soutien de plusieurs mutuelles étudiante (MGEL, VITTAVI) et le concours de l’École de Pharmacie de Chatenay-Malabry.Cette étude permet d’explorer leur mode de vie et leurs attentes en matière de santé et de prévention. Dans ce contexte, pourquoi et comment la téléconsultation médicale peut-elle constituer un levier important d’accès au système de santé ?

INSCRIVEZ-VOUS https://www.weezevent.com/lelabesante

et découvrez le programme complet

20 JUIN 2018

Programme UPDOCS et Télémédecine

Read More
07Fév
Angles de vues et design thinking
Business

Angles de vues et design thinking

 

Grâce aux nouvelles technologies et tous les équipement en réseaux, nous avons tous constaté une augmentation du travail à distance, les équipes multinationales éclatées aux 4 coins du monde ont transformé la vie professionnelle vers un individualisme, un égocentrisme, un top-down des idées qui ont réduit la collaboration.

C’est pourquoi aujourd’hui, de nouvelles méthodes de travail fleurissent afin de repartir vers un travail d’équipe productif.

Donc après le brain-storming (dont la sémantique est trop old-fashion), c’est le design-thinking qu’il est impératif de réaliser dans des espaces de co-working… ce sont des méthodes de compensation car finalement, recréer du lien, c’est bien !

 

Fail-fast, mais « avant »

Je ne me moque pas, je trouve cela justement très efficace pour plusieurs raisons :

  • d’abord on produit mieux à plusieurs, non seulement afin de trouver des solutions, éliminant les blocages, mais également en innovant de par les expériences de chacun (et quelque soit les « générations » que par cartographie, certains voudraient stigmatiser et cliver ; les BB, GenX, GenY, GenZ et les futurs 20-20)
  • le temps et l’argent consacrés à ces étapes (que je pourrai vous décrire si vous souhaitez nous interroger sur ces accompagnements très efficace) permettent in fine de réduire les délais de validation et de mise en place, de passer directement en production donc de gagner de l’argent. C’est le fail-fast pendant l’idéation (y compris dans la phase d’expérience utilisateur) qui est bénéfique, pas pendant la réalisation…

 

Rapprocher les partenaires

En 25 ans (une demie vie pro !) j’aurai connu (après l’hôpital et les ambulances) le terrain, la R&D, le medical, le marketing , le marketing/ventes, le digital, la communication, Le C&E, la formation, le Business Excellence, la pub, la GVM, les achats opérationnels, la transparence, le consulting, la fondation, le business development, l’agence sans oublier les représentations d’unions, de fédérations et de think-tank ou d’enseignement. Il a été nécessaire d’apporter de la synergie pour plus de productivité, rapprocher les décisionnaires, les validateurs, les acteurs, les utilisateurs afin qu’ils se considèrent chacun dans leur rôle, en tant que partenaires.

 

Alors finalement j’ai eu envie de m’amuser à comparer le même sujet selon (quelques) angles de vues de chacun, juste en images car un bon dessin vaut mille mots.

Je suis sûr que vous pourriez en trouver d’autres!

« No offence »! N’y voyez pas de moquerie, de plainte ou de regret, juste un constat pour dire qu’un bon travail d’équipe est souvent bien plus efficace en amont.

 

C’ est aussi l’intérêt des nouvelles méthodes de création et d’idéation. Si vous voulez en parler je suis à votre disposition.

vincent@varlet.tv

Interaction-healthcare.com

Simforhealth.com

Perceptions différentes

Angles de vues

Read More
20Juin
Lions (fable)
Business

Pourquoi les Agences santé « françaises » participent peu aux Lions à Cannes ?
je vous propose cette fable, d’expérience… après plus de 20 ans comme dirigeant dans la pharma, 5 ans à la tête de l’UDA santé et maintenant de l’autre côté de la barrière.

Le Paon, Le Lion et le Coq.
(mais il y a aussi un héron, une grenouille, une fourmi, des pingouins, des perroquets, un rat, un corbeau…)

D’accord/pas d’accord, discutons autour de ce post…

la morale (doit-il y en avoir une), si vous payez en cacahuètes, vous n’attirez que des singes.
La valeur ajoutée a un prix; comme chaque innovation
et bravo aux campagnes lauréates à Cannes

Lions Cannes

agences françaises 2017


 

Pourquoi les Agences santé participent peu aux Lions à Cannes ?

 

Le Paon, Le Lion et le Coq.

 

Le Roi des animaux avait, comme chaque année et sans détour,

Lancé sur la Riviera, un défi international, un concours,

A celui qui proposera le plus beau chant, le plus beau discours.

 

Le Paon, toujours plein de créativité et au service des oiseaux

Alla voir le Héron de Cuir, maître du marais d’en-haut.

 

Trop occupé à surveiller son territoire et ses congénères,

Le Héron perché dédaigna l’offre du Paon 

Et, le revoyant en bas, à la rivière,

Y rencontrer la Grenouille, chargée de la communication

 

« Mais beau Paon, dit la Grenouille gonflée par le travail, je suis intéressée

Et je vois qu’à ton habitude, tu as de très bonnes idées.

Cependant je suis condamnée, depuis bien des lustres,

A appliquer des campagnes inventées par des rustres.

De plus, lorsque je réclame de jolis chants d’oiseaux,

Le Renard réglementaire fait tout tomber à l’eau.

Pire, la Fourmi acheteuse me coupe les ressources et via des compétitions,

M’interdit de voir et d’écouter les plus beaux oisillons.

Ainsi, pour la communauté, en réponses à mes nombreux besoins,

Pour chanter on ne m’adresse, venus des Amériques, que des pingouins 

Ou bien on me promet, externalisés aux Indes, des perroquets

Aux discours copiés et moins chers, mais qui n’arrivent jamais. »

 

Le Paon, sait que la fourmi acheteuse, souhaite obtenir la soyeuse parure

Mais étrangle la négociation pour le payer que le prix d’une plume dure.

Pour finir l’histoire, le Rat tiboise, des finances chargées,

Propose au pauvre Corbeau de le faire chanter.

Il est vrai que depuis qu’il avait perdu son fromage,

Il était prêt à tout, y compris faire le ménage.

 

Face à ce désastre de prise de mauvaises décisions

Le Paon, la mort dans l’âme, n’alla pas voir le Lion…

 

Cette affaire attrista le Coq, moins flamboyant mais tout aussi décidé,

Les pieds dans la merde, mais toujours rempli de fierté,

Jura que l’an prochain il irai à Cannes chanter pour les oiseaux,

Car en tant que représentant de la France, il faut porter le flambeau.

 

vincent@varlet.paris

fable de lafontaine

la fable

Read More
12Avr
Auto-censure, prudence, réglementaire, juridique, liens d’intérêt et transparence
e-santé

validation

A l’heure où les Ministères ne planifient plus grand-chose d’intelligent à quelques jours des élections – ah cher lecteur vous êtes déjà moqueur, parfois il y a des bonnes décisions – nombres d’écrits en manque de décret d’application, de note d’interprétation vont figer les prises de décision dans les entreprises, en particulier les « grosses », là où risque n’est pas dans la culture, sauf à certains niveaux, et pourtant, c’est souvent dans ce type de structure qu’il y a les plus « grosses affaires », celles qui coutent cher, qui font les gros titres. Elles étaient évidemment liées à des pratiques que n’importe quel enfant diagnostiquerait comme déviantes. Elles étaient volontaires, avec une véritable intention !

Par la suite, ce sont donc tous les autres acteurs « normaux » qui en pâtissent avec des formations annuelles idiotes, des checks-lists de validation à rallonge et des contrats de dizaines de pages (et encore lorsque les projets sont acceptés)… bref c’est long, peu agile, rigide. Pourtant le mode d’ordre est « différenciation » : « trouvez la bonne idée et un partenaire avec des idées innovantes »

avancer ou non ?

Une attitude schizophrénique ?

 

Un, deux, trois… soleil

« Il va falloir attendre que cela s’éclaircisse » , en gros cela veut dire, tout le monde est bloqué jusqu’à la rentrée, le temps que le nouveau gouvernement se mette en place, que chaque acteur prenne la température de ses nouveaux interlocuteurs (lesquels ? mystère !) ; y aura t-il des changements dans les interlocuteurs des grandes « Agences » ? Auront-ils d’autres consignes ?

Bref, l’innovation et la différenciation va donc en subir les conséquences, encore un retard supplémentaire face à d’autres pays qui culturellement vont plus vite et donc sortent plus vite du marasme ….ou bien, ceux qui ont des idées et des bons conseils… masi il n’y a souvent pas de place pour deux dans un marché difficile.

Ne soyez pas désespéré !

 

Faut-il moins de règlementation en santé ?

Je trouve qu’à travers les âges c’est bien utile d’avoir mis en place des limites et des contrôles en particulier dans la communication.

Récemment je lisais un extrait tiré du journal du syndicat d’initiative d’une plage qui, en 1927, avait fait appel à plusieurs médecins pour vanter les mérites thérapeutiques de la localité. Outre le fait que c’est risible sur le plan scientifique, cela rappelle les limites de genre de publication et il faudrait interroger au-delà des liens d’intérêts, s’il y a conflit et indépendance.

En effet, il peut y avoir un lien sans conflit et pour autant le contenu doit être bien valide et validé dans ce type de propos.

Pour avoir animé comme président la commission santé de l’UDA (Union Des Annonceurs), je suis particulièrement attentif à ce sujet.

Mais nous constatons que deux récentes modifications de la réglementation vont encore alourdir la relation entre les industriels et les professions de santé (oui, tous cette fois)

En effet, l’évolution du dispositif dit de la « transparence » s’alourdit avec des textes supplémentaires et des « explications » dans le décret qui vont encore ajouter des incertitudes et des interprétations (en attente d’un nouvel équilibre).

La semaine dernière l’HAS (Haute Autorité de Santé) décide d’élargir le scope de la « charte de la visite médicale » avec des dispositions telles que des relations entre un professionnels de santé et un industriel sembleront plus délictueuses que de partager un joint ou de transporter du cochon dans « La Traversée de Paris ».

 

Cette « bien-pensance » unilatérale et schizophrénique fait fuir les initiatives de collaborations internationales (un problème d’attractivité de la France qui est toujours plus compliquée que les autres pays), mais aussi les bonnes idées et projets des médecins (qui sont tout de même un peu intelligents pour voir les gros sabots promotionnels) toujours pour l’amélioration des soins, ne souhaitant plus développer de partenariat par peur de voir « l’Administration » avec un grand A leur reprocher un cumul d’activité ou l’affiche de leur nom sur le site internet de la honte pour avoir accepté un double expresso au relais H.

 

Ici encore, parce qu’il y a eu des abus dénoncés à grands renforts médiatiques (mais qui avaient d’autres buts), ce sont les autres qui en paient les conséquences.

ignorer ?

 

Une communication en carcan incompatible avec les besoins

De même, la publicité mérite un contrôle. J’en veux pour preuve les amusantes allégations santé sur l’intérêt de boire du vin, ou bien une marque de grogs contre la grippe.

 

Pour autant à l’heure du numérique et de l’hyperspécialisation, un professionnel de santé doit se débrouiller seul afin de pouvoir disposer d’éléments « produits » d’une entreprise pharmaceutique.

En effet, en raison du visa « a priori », un industriel doit adresser à l’ANSM, le matériel dit promotionnel qu’il veut proposer au professionnel. Ce matériel doit être déposé à l’occasion de 4 périodes par an (et c’est tout), l’agence à 2 mois pour répondre oui ou non. Ajoutez le fait qu’en amont la préparation, le contenu, mais également la maquette finale doit être validée en interne par toutes les étapes médico-juridico-règlementaire, puis si tout va bien, d’être fabriqué après le coup de tampon de validation, il s’est passé entre 6 mois (au mieux) et souvent presqu’un an entre l’idée et le document dans les mains du docteur….

C’est un peu dommage lorsqu’il faut évoquer un lancement (sauf si un plan de gestion de risque a été proposé en amont), une extension d’indication ou bien des conditions particulières d’utilisation.

Des allégation santé en publicité d'un autre âge

Le digital n’a pas de frontière

Donc, le professionnel se débrouille autrement, via internet, selon ses compétences et le temps dont il dispose en espérant qu’il réussira à trouver la bonne information, c’est à dire sur le site du labo mais dans un autre pays (c’est mieux qu’une mauvaise interprétation locale ou un site officiel incomplet).

Cela fait le bonheur de nombreux acteurs en dehors du sol national, en particulier les GAFAM qui continuent a enrichir les bases de données sur le profil des professionnels de santé (comme d’ailleurs les patients).

mais il ne faut pas en abuser (des deux)

 

Est-il possible de communiquer intelligemment avec une attractivité et en restant dans les clous ?

En 20 ans de digital santé, j’ai produit des milliers de contenus, opérations, campagnes, quelques soient les canaux. Je n’ai jamais eu une seule interdiction, ni rappel.

Pour cela il faut avoir une vision large :

  • connaître le besoin
  • connaître l’environnement
  • connaître toute la réglementation et avoir une intention de ne pas déroger
  • propose des services une une communication intelligente qui sert la santé
  • donc s’auto-censurer dans les propos et l’opération
  • choisir les bons canaux et l’intégration
  • choisir les bons partenaires (et cela ne coute pas plus cher)

 

Ce sera l’une des thématiques que je vais aborder le jeudi 11 mai à Bordeaux sur la Conférence « When Doctors Meet Hackers » http://wdmh.fr/

 

Dr.Vincent VARLET

MD, MBA, INSEAD

vincent@varlet.paris |

http://www.varlet.paris |

Blog: http://www.varlet.co |

 

 

 

Read More
09Jan
La vidéo du tour du CES 2017 en 5min30. Une expo riche en maturité
Business

CES 2017 :Une expo riche et pleine de maturité.

(cf lien vidéo en fin d’article)

Certains parlent du salon des Geeks, non, il s’agit juste de pouvoir éventuellement décrypter ce qui va arriver dans le monde au cours de votre prochain plan marketing à 3 ans, sachant que la rapidité du digital provoque une obsolescence rapide de votre ancien produit ou de votre offre de service actuel.

 

Cette année à Las Vegas, nous pouvons dire que nous avons eu un salon avec une offre pleine de maturité de part la qualité des offres, aussi bien dans la présentation, la finition mais également dans l’intégration dans le business et les besoins des utilisateurs.

 

Bien sûr, les start-ups sont toujours au rendez-vous et la partie « Eureka Park » est l’endroit où vous pouvez dénicher une pépite, un ingénieur-développeur génial mais qui ne sait pas bien effectuer sa promotion, souvent d’ailleurs dans un espace pas forcément dédié à la santé car son inventeur n’a pas vu l’application qui pouvait être transformée pour un usage santé, ou pour la dépendance.

La French Tech et "Reviens Léon"

La French Tech et « Reviens Léon »

 

Pour rappel l’article de mon blog : http://www.varlet.paris/50french-startup-ces2017/ avec tous les liens des entreprises françaises dédiées à la santé.

 

AR/VR/Sim

Oui, 2017 est un cru où les entreprises savent qu’il faut proposer des produits finalisés et fiables au marché qui parfois est un peu conservateur et prudent.

Ainsi l’offre de cette année sur les matériels, services et adaptations aux besoins dans la catégorie Réalité augmentée, réalité virtuelle, simulation et accessoires sont impressionnants.

La technologie n’est plus une barrière et c’est bien aux métiers de s’en saisir afin d’améliorer la formation (initiale et complémentaire), la qualité et l’excellence du travail et des expertises, la collaboration y compris à distance.

 

En effet, les constructeurs, qu’ils soient grands ou petits ont pris en main les techno afin de finaliser des produits faciles et d’une qualité de restitution incroyables : écrans, casques, outils de projections, accessoires…

 

et les politiques ?

La presse suit les politique au CES

La presse suit les politiques au CES

François FILLON à Las Vegas pour le CES 2017

François FILLON à Las Vegas pour le CES 2017

 

Il suffit maintenant d’agglomérer toutes ces idées afin d’en sortir le meilleur, une offre différenciante à adapter au business de chacun pour une plus forte croissance et une meilleure productivité, y compris dans nos régions, et c’est pour cela que les Institutions dont le MEDEF et les politiques (Lemaire et Sapin pour le futur « ancien régime », Fillon accompagné – au loin- de Vauquiez et NKM pour « le prochain » ?) sont au rendez-vous.

 

En savoir plus ?

Nous sommes à votre disposition pour une rencontre plus détaillée et une analyse qui pourrait servir vos besoins.

 

Il nous reste donc à vous souhaiter une très bonne année 2017, à nos côtés.

 

Et bonne visite rapide de l’expo sur la vidéo https://youtu.be/Dm47AsuM8vg

 

Dr.Vincent VARLET

MD, MBA, INSEAD

+33676962178 | vincent@varlet.paris | http://www.varlet.paris |

Skype: docteur.varlet | Blog: http://www.varlet.co |

PS

Vous pouvez aussi consulter d’autres éléments visités par notre sponsor qui s’intéresse à bien d’autres secteurs que celui de la santé

http://www.ibusiness-solutions.fr/ces2017/

https://www.facebook.com/ibusiness-solutions-165097474530/?fref=ts

https://twitter.com/IBS_Solutions

Read More